Mahâbhârata
La perte des bâtons à feu
Livre III, 295-299


Retour à la page d'accueil



Les douze années d’exil arrivent à leur fin. Un brâhmane vient demander aide aux Pândava : une gazelle a emporté dans ses cornes ses bâtons à feu. Les Pândava partent à la poursuite de la gazelle, mais celle-ci disparaît. Les cinq frères partent tour à tour chercher de l’eau. Arrivés au bord d’un lac, les quatre premiers refusent de répondre aux questions d’un génie (yaksha) et tombent morts l’un après l’autre. Seul Yudhishthira répondra  brillamment aux questions et obtiendra ainsi que ses frères revivent. En fait, le génie n’était autre que le dieu Dharma qui, sous la forme d‘une gazelle, avait emporté les bâtons à feu du brahmane puis, au bord du lac, soumis Yudhishthira à ses questions. Il leur indique où ils doivent se rendre pour leur treizième année d’exil.
Voici un exemple des questions du génie:


Le génie dit:

36.Quel est donc le meilleur de ce qui tombe du ciel, quel est donc le meilleur de ce qui tombe à terre, quel est donc le meilleur de ce qui prospère, quel est donc le meilleur de ce qui parle ?

Yudhishthira dit:

37.La pluie est le meilleur de ce qui tombe du ciel, la graine le meilleur de ce qui tombe à terre, la vache le meilleur de ce qui prospère, le fils le meilleur de ce qui parle.

Le génie dit:

38. Quel est cet homme qui perçoit les objets des sens, qui est doté de raison, qui est respecté icibas et honoré par toutes les créatures, qui respire, et pourtant ne vit pas ?

Yudhishthira dit:

39.Celui qui n’accomplit pas les oblations pour ces cinq-là, les dieux, les hôtes, les serviteurs, les mânes et lui-même, même s’il respire, il ne vit pas.

Le génie dit:

40.Qu’est-ce donc qui est plus lourd que la terre, qu’est-ce donc qui est plus haut que le ciel, qu’est-ce donc qui est plus rapide que le vent, qu’est-ce donc qui est plus nombreux que les hommes ?

Yudhishthira dit:

41.La mère est plus lourde que la terre, le père est plus haut que le ciel, la pensée est plus rapide que le vent, les soucis sont plus nombreux que les hommes.

Le génie dit:

42Qui donc ne ferme pas les yeux dans son sommeil, qui donc ne bouge pas à sa naissance, qui donc n’a pas de cœur, qui donc croît de son propre élan ?

Yudhishthira dit:

43.Le poisson ne ferme pas les yeux dans son sommeil, l’œuf ne bouge pas à sa naissance, la pierre n’a pas de cœur, la rivière croît de son propre élan.

Le génie dit:

44.Qui donc est l’ami de celui qui part, qui donc est l’ami de celui qui reste à la maison, qui est l’ami du malade, qui donc est l’ami de celui qui va mourir ?

Yudhishthira dit:

45.La caravane est l’amie de celui qui part, l’épouse est l’amie de celui qui reste à la maison, le médecin est l’ami du malade, le don est l’ami de celui qui va mourir.

Le génie dit:

46.Qui donc se déplace seul, qui, une fois né, naît à nouveau, qui donc est le remède contre le froid, qui donc est le grand champ ensemencé ?

Yudhishthira dit:

  1. 47.Le soleil se déplace seul, la lune, une fois née, naît à nouveau, le feu est le remède contre le froid, la terre est le grand champ ensemencé.



Suivant


Retour à la page d'accueil